ALTRIMAN 2018

Deux triathlètes du SCA 2000 Evry viennent de participer à l’ALTRIMAN 2018, un triathlon XXL avec 5000 m de dénivelé positif à vélo et plus de 800 m pour la course à pied.
Sébastien GONTHIER finit à la 114 ième place en 17H56 et Frédéric ViGNERON à la 130 ième  place en 18H23.

Sébastien nous fait le récit de sa course:

Et bien après 17h56 de course, j’ ai pu franchir l’arrivée de ce monstre des montagnes . Levé à 4h du mat, on se dirige vers le parc à vélo pour les derniers préparatifs et contrôles du vélo.

La pression monte et la concentration s’installe . La nuit est là et la brume se faufile à la surface du lac telle une sirène de la nuit cherchant à envouter les athlètes . Le directeur de course annonce un plan B (3200m avec 2 sorties à l’australienne) pour le parcours pour éviter de perdre les coureurs dans l’eau. 6h, l’assaut est donné. Je me lance et j’essaie de placer ma nage. Pas facile au début, je m’égare parfois, on cherche la lumière blanche, et je réussis à placer ma nage. Je sors enfin de l’eau et me dirige vers le parc à vélo. Je me mets au sec car le vent est là et le froid aussi. Allez c’est parti! Direction les premiers cols. Petits au début (4,8%), ils grandissent très vite, même très vite, et donnent ensuite tous leurs sens à cette course : l’ALTRIMAN (on pourrait rajouter la légende des guerriers). Ça monte , ça monte et ça monte, parfois à n’en plus finir. Au virage, vous croyez à la fin; et bien non, une nouvelle courbe vous défie . La montagne espère te faire craquer ! Pourtant Le moral est là , les groupes musculaires résistent bien , et je franchis les sommets. S’ensuivent des % élevés (8-9 voir 11%). La montagne semble vouloir te faire plier mais tu lui réponds avec humilité et respect. Mais que c’est dur ! Je ne m’y attendais pas à ce point. Nous sommes récompensés par la grandeur des paysages, la magnificence des sommets, la douceur des cloches. Les descentes se font à ravir. Le compteur affiche 63km/h. (Pas plus pour ma part). Après l’assaut du dernier col , je prends la Direction des Angles. On actionne le gros braquet pour se détendre et essayer de rentrer plus vite.

Ça y est j’arrive au parc à vélo au bout de 11h33 pour 197km de vélo de 5000m D+.

Maintenant commence le marathon . Au vu du parcours avec ses 810 m de D+, je décompose mentalement  la course en 3 parties 26km/8/8. Je pars sans montre et fais la course aux sensations. Les 26 premiers km se font très bien. Les montées sont dures , me déstabilisant parfois mais je reste concentré. (Force et honneur😀). L’abandon n’est pas une option. Je franchis le 26eme km dans de bonnes conditions physiques même trop bien. Au 30eme . Ça se gâte, je marche dans la côte qui mène au ravitaillement avant de parcourir les 2,5 dans la forêt pour aller chercher le demi-tour.Je refais le plein d’énergie au dernier ravito et la machine redémarre. Je me remets à courir. J’attaque les descentes à grandes foulées. Ça passe. Je traverse les champs. Je me cale sur le rythme de 2 – 3 guss qui semblent aussi avoir récupéré un peu de gouache.  J’entends au loin la musique qui annonce bientôt l’arrivée. L’adrénaline te prend et tu cours et tu cours. Minuit et 15 minutes , je franchis l’arrivé et me voilà sacré Ironman . Je dis « sacré « car c’est vraiment une course extrêmement difficile qui met réellement à contribution ton moral !  J’y suis tout de même arrivé et qui est plus est sans douleurs physiques aiguës .

Alors oui Altriman je t’ai eu mais je te respecte !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *